1981


2004


2009


2011



Cher Jean-Claude,



Comment en peu de mots résumer tout ce que tu as apporté à notre association ? Tu étais là à son tout début auprès du Dr. Corcelle et de quelques’un d’entre nous. Et depuis tu n’as pas cessé de participer activement à nos sorties, nos expositions, nos conférences. Avec une grande modestie, tu as su te documenter pour élaborer des textes de qualité et rédiger des comptes-rendus avec beaucoup de poésie, de chaleur. Dans ta contribution à nos panneaux d’exposition, tu as toujours su harmoniser l’’exactitude scientifique et la simplicité. Grâce à tes immenses talents de photographe, tu nous a livré de vivants témoignages de nos activités et tu as enrichi notre photothèque de belle manière. Ton souvenir restera gravé non seulement dans nos cœurs, mais aussi dans ces précieux documents. Les très nombreuses cartes de vœux illustrées par tes soins ont fait le bonheur d’Anne-marie et de tous nos membres et amis.

Nous retiendrons de toi ta simplicité, ton humeur égale qui nous a permis d’adoucir souvent les discussions lors de nos réunions et de nos sorties.

Depuis plusieurs années, tu avais émis le souhait de nous quitter après ces longues années de bons et loyaux services, mais à chaque fois nous avons insisté pour te garder parmi nous, tant il nous semblait que l’ACNJ ne serait plus la même sans toi. Nous ne regrettons pas cette insistance qui à fait que jusqu’à ce début d’année tu nous a accompagnés efficacement. Atteint, comme malheureusement la plupart d’entre nous, par les vicissitudes de l’âge, tu as continué à nous suivre dans nombre de nos sorties avec persévérance. Ta dernière contribution lors de l’’exposition 2015 a été importante pour la réussite de l’ensemble.

Merci Jean-Claude pour tout ce que tu nous a donné. Ta lutte contre cette terrible maladie a été exemplaire, et tu as bénéficié de l’entourage irremplaçable de Marie-Thérèse dont le courage nous émerveille. Nous souhaitons lui apporter ainsi qu’à ses enfants et petits enfants le témoignage de notre sincère amitié.

Je dois te dire adieu, Jean-Claude, mon ami, je suis certain que sans toi, la Sangria que tu préparais pour nos AG avec amour, ne pourra plus jamais avoir la même saveur.



Jacques Bordon